"Insupportables" ! C'est ainsi que l'artiste et théoricien Ben Vautier a défini la réunion de Marcel Bataillard, Frédérik Brandi et Kristof Everart - qui ne lui avaient rien demandé... - adeptes de la performance artistico-terroriste de bon aloi, qui se produisent selon les besoins sous le nom célinien de "Guignol's band" ou sous l'appellation freejazzistique de "Power trio" ou parfois sous ces deux noms réunis. Indifféremment qualifiés par les braves gens de staliniens de droite, nazis de gauche, crapules pro-Serbes, Corses dégénérés ou snobs incohérents, les trois insupportables, proclamant avec Oscar Wilde que "l'art médiocre est toujours le fruit de bonnes intentions", tentent depuis quelques années de revitaliser la fonction sociale volcanique du happening, en réalisant des interventions musicales, picturales et littéraires qui ne fréquentent le bon goût qu'avec la plus extrême modération. L'organisation annuelle du chaotique FestivalManké est un de leurs plus fameux forfaits.


EN CE MOMENT, BIENTÔT, HIER...

Le Festival Manké est de retour... Et c'est à Arles !
Samedi 5 décembre de midi à minuit chez Lhoste Art Contemporain

Plus d'infos (bientôt ou déjà) sur le programme ici et


Lhoste art contemporain en collaboration avec Le Festival Manké présente 7 artistes qui expérimentent autour de la musique et du son.

12H00 FREDERIK BRANDI Gnossienne N°1 de Satie par le dj-sommelier
12H30 I BURTUONI feat. MARCEL BATAILLARD Chants traditionnels corses d'avant-garde
16H00 GUIGNOL’S BAND Le Grand Silence: ciné-concert
18H00 FREDERIK BRANDI Continuation de la Gnossienne N°1 de Satie
18H30 REEVE SCHUMACHER Sonic Braille: performance sonore à partir de vinyles customisés
19H00 AGRESSION SONORE Bruit amplifié, micro distordu, sons saturés
20H00 JONATHAN FENEZ Mix spectaculaire improvisé
21H00 KRISTOF EVERART Dub en solo pour voix et laptop
22H00 SLIDING ZERO Groove expérimental


stArt fête ses 25 ans...
Guignol's band revisite "Le grand silence" de Sergio Corbucci
Ciné-concert Vendredi 13 mars à 20h au Cinéma de Beaulieu-sur-mer


Tout le PROGRAMME de la soirée ici et


A propos, entre autres, des performances du Guignol's band
auxquelles vous avez échappé ou que vous souhaitez redécouvrir :

A la vie délibérée,

Une histoire de la performance sur la Côte d'Azur de 1951 à 2011, Villa Arson, Nice.
Du 1er juillet au 28 octobre. Plus d'infos ici
A l'issue du colloque de l'AICA, les insupportables on fait une intervention sur l'archive et la performance, consultable en intégralité ici.


"A Aspremont, quand ils ont joué, la salle s'est petit à petit vidée. J'étais fasciné. Je me suis demandé s'ils faisaient exprès ou s'ils étaient fous. C'était insupportable et nouveau à la fois. Dans Fluxus la relation vie/art est importante. Les artistes Fluxus ne font pas de l'art pour produire des oeuvres mais pour parler de leur vie. J'ai cru retrouver cela dans les Insupportables : c'est-à-dire plus d'attitude que d'oeuvre." Ben, 1998.
"A Aspremont, quand ils ont joué, la salle s'est petit à petit vidée. J'étais fasciné. Je me suis demandé s'ils faisaient exprès ou s'ils étaient fous. C'était insupportable et nouveau à la fois. Dans Fluxus la relation vie/art est importante. Les artistes Fluxus ne font pas de l'art pour produire des oeuvres mais pour parler de leur vie. J'ai cru retrouver cela dans les Insupportables : c'est-à-dire plus d'attitude que d'oeuvre." Ben, 1998.
"A Aspremont, quand ils ont joué, la salle s'est petit à petit vidée. J'étais fasciné. Je me suis demandé s'ils faisaient exprès ou s'ils étaient fous. C'était insupportable et nouveau à la fois. Dans Fluxus la relation vie/art est importante. Les artistes Fluxus ne font pas de l'art pour produire des oeuvres mais pour parler de leur vie. J'ai cru retrouver cela dans les Insupportables : c'est-à-dire plus d'attitude que d'oeuvre." Ben, 1998.